Né en 1966, Christophe Larivière vit dans le Nord de la France. Passionné très tôt par la photographie, mais d’abord orienté vers une carrière médico-technique, il étudiera quelques années plus tard, l’art de la lumière en Belgique.

Depuis 1996, il a multiplié les expositions de séries photographiques personnelles dont les thèmes furent souvent très hétéroclites. De même que les circonstances et les lieux d’expositions ont souvent été très différents.

Sa première exposition personnelle a occupée les coursives du Théâtre de Douai pendant de long mois. La quinzaine de tableaux présentés ne devait y rester 4 semaines, mais d’autres ont pris leurs places pendant les 4 semaines suivantes, et ainsi de suite pendant un semestre complet. Succès confirmé avec d’autres travaux photographiques, notamment « Regard sur les comédiens » qui fût envoyée en Allemagne. « Homo Urbi » rencontra un public enthousiaste au Transphotographiques lors de sa première édition. Sa participation à quelques projets collectifs notamment « Esprit de suite » lui a ouvert les portes de hauts lieux culturels comme La Maison de l’Art et de la Communication de Sallaumines ou l’Association Arc-En-Ciel de Liévin et lui donné l’occasion de travailler avec le Théatre de La Licorne.

Mais il serait réducteur de penser que Christophe Larivière n’a évolué que dans le milieu du théâtre. En effet, Ses pas de photographes l’ont amené dans la rue (en France et à l’étranger), au studio, dans un atelier d’icônes, chez les Compagnons d’Emmaüs. Mais cela est sans compter ses recherches personnelles : pures créations. Mais toujours autour de l’humain.

Son actualité ? Un nouveau projet est en cours de préparation, mais chut, ça reste un secret (pour le moment !).
Top